Historique

Suite à une donation faite par Dame Leclerc en 1698, le 24 décembre 1710, sont signés les statuts de l’Hôpital d’Ambrières-le-Grand au Palais épiscopal du Mans par l’Evêque Louis du Mans et René de Froulay Tessé, Seigneur Baron de Tessé. Cet hôpital de 15 lits était édifié sensiblement à l’emplacement du bâtiment où se trouvent actuellement la perception et la médiathèque.

Le bureau est présidé par le curé et composé du 1er officier de justice, du procureur fiscal et de 2 notables choisis par le général des paroissiens.

Au fil des années, l’immeuble légué par Anne Leclerc devenait de plus en plus vétuste ; en 1861, la décision fut prise de le démolir et de le reconstruire aux normes de l’époque. La réception eut lieu le 12 novembre 1872.

Le 7 juin 1909, la création d’un nouvel hospice aux confins de la ville, afin de l’éloigner du centre de l’agglomération, fut décidée. Le site actuel fut retenu et les travaux commencèrent en 1912 ; ils furent interrompus pendant la guerre et reprirent après les hostilités. L’ouverture du nouvel établissement eut lieu en 1924, avec une capacité portée à 40 lits.

En 1974, un nouveau bâtiment, relié à l’ancien par un couloir, fut édifié et portait la capacité à 93 lits.

L’Etablissement a obtenu le classement « Maison de retraite » par arrêté préfectoral 85-277 en date du 11 juin 1985, avec une capacité d’accueil de 99 lits.

De novembre 1993 à octobre 1995, de nouveaux et importants travaux ont été réalisés pour l’humanisation de l’établissement (les locaux sont inchangés depuis).

Suite à la signature le 1er décembre 2003 de la Convention Tripartite, la Maison de Retraite est devenue EHPAD : Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes.

L’EHPAD « La Varenne » d’Ambrières-les-Vallées est régie par la loi 2002.2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, puis la loi du 6 janvier 1986 adoptant la législation sanitaire et sociale aux transferts de compétences en matière d’aide sociale et de santé.